Entre souvenirs et réalité…

La série photographique intitulée « Intimités » de l’artiste Delphine Sauret, tisse un lien intime entre souvenirs et réalité, elle nous questionne sur la qualité de notre mémoire : si l’image de cette dernière est intrinsèque à l’humain, que devient-elle précisément dans le regard d’une artiste ?

N°5_GALERIE_Delphine_Sauret_Photographe_exposition_Photographie_Art_Contemporain_Montpellier_2017_Intimites
Delphine nous invite à suivre ses souvenirs dans des lieux familiers, familiaux, qui nous ramènent à nos propres souvenirs, à des émotions que nous avons nous-aussi connus et ressentis : objets quotidiens et familiers, habitus familiaux… Nous déambulons dans des scènes d’intérieurs et dans le jardin. Le petit format impose de concentrer le regard sur certains détails et invite à partager l’intimité de la maison, notamment de la chambre, comme si nous revivions en rêve nos propres souvenirs, repérant un objet égaré ou une photo accrochée sur le mur d’un être cher aujourd’hui disparu.

N°5_GALERIE_Delphine_Sauret_Photographe_exposition_Photographie_Art_Contemporain_Montpellier_2017_Intimites_3
Si l’artiste attache tant d’importance à ses souvenirs, c’est qu’au fil des années la mémoire a archivé des moments dont la réalité fait doute : comment distinguer une scène réellement vécue de ce que la photographie et les récits ont enregistré ? S’interrogeant sur sa propre mémoire, Delphine a réalisé un voyage des pensées et des souvenirs, photographiant des espaces, des scènes, des atmosphères déjà intimement enregistrées il y a plusieurs années…

N°5_GALERIE_Delphine_Sauret_Photographe_exposition_Photographie_Art_Contemporain_Montpellier_2017_Intimites_2
« Le vrai bonheur se trouve dans les mémoires et les espoirs », comme l’écrit Georgios Drossinis (poète grec du XIXe siècle). A chaque moment difficile, l’homme puise ses émotions à la racine de ses souvenirs.
Nos  expériences déterminent notre marche dans le monde, notre passé crée notre avenir et nos souvenirs nous raccrochent à la vie lorsque le temps file. La mémoire inhérente aux souvenirs est inséparable de la conscience de soi, indissociable de l’imagination. Sans elle, nous ne serions pas Humain(e).
Texte écrit par Annie Gabrielli et Irène Kastani.

 

« Intimités » de Delphine Sauret est à découvrir du 6 mai au 10 juin 2017 au N°5 GALERIE / 5 rue Sainte Anne – 34000 Montpellier / 09 81 05 39 75 / Facebook

N°5_GALERIE_Delphine_Sauret_Photographe_exposition_Photographie_Art_Contemporain_Montpellier_2017_Intimites_1

Publicités